Conférence sans fin à Paris

J’ai été très contente de participer à nouveau à une conférence internationale, cette fois non seulement en tant qu’intervenante, mais aussi en tant que membre du comité d’organisation. Malheureusement, en raison des événements tragiques qui ont eu lieu à Paris, le deuxième jour de la conférence a été annulé, nous privant ainsi de la liberté de communiquer.

IMG_20151113_093834

Organisé par le laboratoire interuniversitaire Experice Paris 13 – Paris 8 et le CNAM, le colloque a offert un regard international sur la socialisation et les transitions entre structures d’accueil et avec les familles au cours de la petite enfance, avant l’âge de la scolarité obligatoire.

Planifié pendant deux jours, les 13 et 14 novembre 2015, il a réuni au CNAM à Paris plus de 50 intervenants, spécialistes des jeunes enfants, venant de 12 pays. Il a alterné des conférences plénières de chercheurs invités et des ateliers en français et en anglais.

Les primes socialisations sont ainsi envisagées dans leur pluralité culturelle et la diversité des acteurs et des structures qu’elles mobilisent, tout en accordant une attention particulière aux expériences vécues par les enfants (pour plus d’info http://calenda.org/340103).

2015-11-17_21.13.22

Une des raisons pour lesquelles j’aime les conférences internationales est le fait de me faire sentir comme un poisson dans l’eau. D’une part parce que j’ai l’occasion de participer à des présentations qui sont liées à mon sujet de recherche. D’autre part, je suis contente d’interagir avec des gens de partout dans le monde, avec lesquels je peux communiquer en plusieurs langues. Ce, de la position de l’étudiante immigrante en France, qui est généralement en contact avec la plupart des français. Soudain, je ne me sens plus « seul au monde », mais entouré par des gens « comme moi ».

Au sujet des langues, une chose m’a donné un certain contentement : entendre les français faire l’effort de parler dans une langue autre que le français. Je pense qu’une telle expérience peut faire comprendre quelle est l’expérience de l’étudiant immigrant quand il ou elle doit exprimer ses opinions dans une langue autre que sa langue maternelle.

Je rester avec un goût doux-amer après cette conférence. D’une part, je suis si contente d’avoir partagé des idées avec des étudiants et des spécialistes de mon domaine de recherche, et de l’autre la barbarie des actes terroristes a mis une ombre sur Paris, et donc aussi sur les activités académiques, nous laissant avec une deuxième journée de conférence jamais accomplie.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :